Darrell.fr » Infaillible » Comment les bonus et malus jouent sur le prix de l’assurance voiture sans permis MAIF ?

Comment les bonus et malus jouent sur le prix de l’assurance voiture sans permis MAIF ?

L’assurance fait partie des indispensables pour un véhicule qui doit circuler. MAIF fait partie des sociétés d’assurances qui proposent un service d’assurance aux véhicules, même ceux dits « sans permis ». Afin de permettre une certaine fluctuation des cotisations, un système appelé « bonus-malus » a été mis en place dans toutes les structures d’assurance. La question se pose donc de savoir comment ce système fonctionne-t-il chez MAIF pour l’assurance des voitures sans permis.

Les effets du bonus sur le prix de l’assurance chez MAIF

Le bonus est un coefficient jugeant le bon comportement d’un conducteur au cours de la période d’assurance. Il est déterminé en fonction du faible taux ou du taux nul d’accidents ou de contraventions obtenus par le conducteur, avec ou sans permis de conduire. Introduit depuis 1976, il permet au conducteur ayant eu une conduite jugée irréprochable ou à la limite une bonne conduite de bénéficier d’une réduction du prix de son assurance.

Chez MAIF, le calcul du bonus est évolutif en fonction de la durée de la bonne conduite. Cela veut dire que plus longtemps vous resterez sans accident, plus élevé sera votre bonus. La durée prise en compte est celle comprise entre le 1er novembre et le 31 octobre de chaque année.

Dans ce sens, pour une durée d’un an sans subir aucun accident, le conducteur reçoit une réduction de 05 % sur le prix global de son assurance. Pour une période de 3 ans sans accident, la réduction passe à 15 %. Enfin, après 13 ans de conduite assurée et sans accidents, le conducteur reçoit la réduction maximale du prix de son assurance qui est de 50 %.

Les effets du malus sur le prix de l’assurance chez MAIF

Principe opposé au bonus, le malus est né en même temps que le premier. Il s’agit d’un principe qui tend vers la sanction des mauvais comportements d’un conducteur avec ou sans permis. En effet, le malus est déterminé par le nombre d’accidents et de reprises au cœur desquels se retrouve le conducteur. Il est important de savoir que pour un malus, il faut prendre en compte les accidents doivent être du fait du conducteur, de manière directe ou indirecte.

Ainsi, le malus ne peut être appliqué en cas d’accidents survenus :

  • par la faute d’un tiers ;
  • si une autre personne conduisait le véhicule sans l’accord du propriétaire ;
  • si l’accident a un lien avec d’autres garanties prévues par l’assureur ;
  • si l’accident est l’effet d’un cas de force majeure
  • si l’accident survient pendant 3 années couvertes par le bonus des 50 %.

Toutes ces conditions permettent de protéger le conducteur d’un éventuel abus ou de circonstances pouvant causer un surendettement.

Le calcul du malus chez MAIF dépend aussi de la période à observer, se situant entre le 1er novembre et le 31 octobre. Au cours de cette période, le conducteur est frappé d’une majoration de 25 % en cas d’accident reconnu de sa responsabilité entière de manière directe ou indirecte. En cas de responsabilité partagée avec un autre conducteur, la majoration est de 12,5 %. Il faut savoir que le cumul des malus ne peut dépasser 250 % et est réinitialisé tous les 2 ans sans accidents.

On peut donc dire que le bonus fait baisser le prix de l’assurance alors que le malus le fait augmenter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *